DIMANCHE 6 DÉCEMBRE 2009

Bienvenues, bienvenus sur Asante

Bonjour a toutes et a tous. Les contes et légendes qui suivront sont authentiques, sortis de la parole de personnes africaines, citoyens de leur pays et vous seront transmis tel que je les ai enregistre lors de mes années d'Afrique. Ils vous seront transmis tels qu'ils m'ont été transmis afin de garder le charme et l'authenticité de la parole. Comme vous le savez, il s'agit la de trésors de littérature verbale, transmis depuis le fond des ages, de bouche a oreille entre les populations, dans les villages et les villes de ce magnifique continent que constitue l'Afrique. Je vous souhaite une bonne lecture et j'espère que vous apprécierez.

mardi 10 novembre 2009

dicton

La part de l'antilope revient toujours au léopard.

La gazelle et le leopard

La gazelle et le léopard étaient tous deux oncle et neveu. La gazelle vivait dans une
village et le léopard dans un autre. Longtemps après, ils en vinrent a une vive discussion. Le
  léopard prétendait, lui, qu'il était l'aine, la gazelle, elle, contestait ce droit d'ainesse.
Une violente bagarre s'ensuivit : "cette affaire doit être portée devant les juges", se
dirent-ils.
"d'accord", convinrent-ils.
Ils invitèrent des gens pour que ceux-ci se prononcent sur celui des deux qui est supérieur
a l'autre.
Vint alors le jour fixe. Ce jours-la, la gazelle fit semblant d'être malade, prétendant qu'elle
souffrait de rhumatisme. Et elle resta par conséquent chez elle sans se présenter a l'endroit
convenu.
Pendant ce temps, les gens invites s'étaient rassembles au pied de l'arbre et n'attendaient
que la gazelle. Mais la gazelle ne se présenta pas. Le léopard dit alors :
- Nous avons bel et bien convenu de cette date de nsona. Pourquoi maintenant la gazelle
ne veut-elle pas se présenter ? Elle verra bien, le diable.
Pendant que le léopard parlait, un petit garçon, délégué par la gazelle vint dire :
- L'oncle gazelle vous prie de reporter l'affaire a une autre date, car il est souffrant.
Il souffre de rhumatisme et ne peut même pas faire un pas.
Tous les invites s'en retournèrent chez eux. Et on fixa un autre jour.
Le lendemain de l'ajournement, la rusée gazelle se portait déjà bien... Après avoir longtemps attendu, on fixa un autre jour. Et les invites se rassemblèrent tous
encore une fois. Mais de nouveau la gazelle fit le faux malade :
- Ha ! je souffre du rhumatisme, je ne peux même pas marcher.
Il garda alors le lit. Mais prit soin de demander a un enfant de mettre un chasse-mouche a
cote de lui. Vinrent alors des petits envoyés par la gazelle :
- La gazelle vous prie de reporter l'affaire a une autre date parce qu'elle a mal aux pieds.
Mais le léopard furieux, s'écria :
- Pas question ! L'affaire ne peut pas être reportée. Elle n'a que trop dure. La gazelle me
joue la comédie. Elle n'est malade que quand on veut trancher cette palabre. C'est
moi-même qui irai la cherchée. Je tiens a ce que cette affaire soit réglée aujourd'hui
même. Et nous verrons qui de nous deux est l'aine.
Sur ce le léopard s'en fut chercher la gazelle, qu'il trouva endormie.
Des que la gazelle entendit le léopard grogner au bout du village, elle se mit a gémir
  trèsfort :
- Pauvre de moi, je me meurs ! j'ai mal aux pieds !
Des que le léopard arriva, il cria :
- Dépêche-toi, sors vite !
Mais la gazelle n'en continuait pas moins a gémir :
- Comment est-ce que je m'en irais ? j'ai mal aux pieds ! j'ai terriblement mal aux pieds !
Pourquoi ne reporteriez-vous pas l'affaire a une autre date ? oncle têtu !
- Je ne veux rien entendre : aujourd'hui l'affaire doit avoir lieu coute que coute !
- Ha ! je me meurs, continuait a gémir la gazelle. J'ai mal aux pieds !
- C'est moi-même qui te transporterai, grogna encore le léopard. Tu as mal aux pieds et
non a la bouche. Ce n'est pas la bouche qui souffre.
Sur ce, le léopard s'approcha du lit de la gazelle et lui dit :
- Mets-toi vite sur mon dos que je te transporte.
La rusée gazelle se hissa sur le dos du léopard. Celui-ci allait partir quand la gazelle le
fit arrêter :
- Prends-moi ce chasse-mouche, pour la route.
Le léopard lui présenta le chasse-mouche. Ils s'en allèrent..... Après avoir longtemps
marche, la gazelle commença a agiter le chasse-mouche. Finalement les voila arrives a
  l'entrée du village. La gazelle promena son regard sur cette foule nombreuse, amassée
au pied du safoutier et qui l'attendait avec impatience. A la vue de cette foule, la
gazelle se tint debout sur le dos du léopard. Des qu'ils se trouvèrent a quelques mètres de
la foule, la gazelle s'écria :
- Regardez-moi Oh ! Oh !
- Admirez-moi ! Oh ! Oh ! Vous prétendez que je ne suis pas l'aine, regardez qui est
transporte !
Toute la foule poussa des cris :
- Oh ! Oh !.... L'affaire est terminée ! C'est le léopard qui est l'esclave, lui qui a transporte
le chef, la gazelle.
A ces paroles, le léopard entra dans un exces de rage. Mais la rusée Gazelle sauta a
terre et s'enfuit dans la foret.
L'histoire est ainsi terminée.




dimanche 8 novembre 2009

dicton

Attends d'avoir traverser la rivière pour dire au crocodile qu'il a une bosse sur le nez.

Le singe et le crocodile

Un beau jour, maitre singe prit femme. Après leur mariage, le singe connut quelques jours de
gêné. Ce que voyant, il partit le long d'un fleuve chercher quelque chose a se mettre sous
la dent.
Pendant qu'il était en quête de nourriture, il vit un crocodile, il lui demanda :
- He ! toi, mon cher crocodile, ne saurais-tu pas m'indiquer un endroit ou il y a de la
nourriture ?
Le crocodile lui répondit :
- Viens, mets-toi sur mon dos. La nourriture se trouve de l' autre cote du fleuve.
Maitre singe prit place sur le dos du crocodile. Mais sitôt arrives au beau milieu du fleuve, le
crocodile de dire :
- Mon cher ami, c'en est fini de toi !
Le singe reprit :
- Maitre crocodile, tu veux me manger ! D'accord ! Mais sais-tu au moins que mon cœur est
reste a la rive, perche sur un arbre ? Allons, regagnons vite la rive que je prenne d'abord
mon cœur.
Maitre crocodile rebroussa chemin jusqu'à la rive pour y déposer le singe. Aussitôt sur la
rive, le malin singe sauta sur un arbre et ....se sauva.
La fable est ainsi terminée !